Bâtiment

Comment isoler un mur de refend pour de meilleures performances thermiques ?

En rénovation, lorsque seule l’isolation par l’intérieur est possible, différentes questions se posent au sujet des ponts thermiques. Souvent oublié, le traitement des murs de refend est pourtant essentiel. Il permet d’améliorer la performance thermique de la maison et d’éviter la condensation, source de moisissure.

Un mur de refend, qu’est-ce que c’est ?

Le mur de refend est un mur porteur intérieur participant à la solidité de la structure de la maison. Souvent accolé à une paroi extérieure, il empêche tout placement d’isolant à cet endroit.

Pourquoi est-ce qu’un mur de refend peut nuire à l’isolation d’une maison ?

Ce n’est pas tant le mur de refend qui pose problème, mais sa jonction avec le mur extérieur. Cela forme un pont thermique. Comme on peut le voir sur le schéma ci-dessus, le mur de refend est alors plus froid que l’isolant accolé au mur extérieur et que le mur extérieur lui-même. Lorsque la différence de température augmente entre ces surfaces, le point de rosée est atteint. De la condensation se forme et lorsque celle-ci perdure de la moisissure peut apparaitre.

Variation de température avec et sans isolant sur un mur de refend
©constructiondurable.org

Le désordre causé est donc de trois ordres :

  • Baisse des performances thermiques :
    • immédiate du fait du pont thermique
    • sur le long terme avec une humidité qui va entrainer une dégradation de l’isolant. Cela est d’autant plus important lorsqu’un isolant ou une surcouche régulant mal l’humidité est utilisé (ex. : laine de verre, enduit ciment, peinture non respirante, etc.)
  • Baisse du confort, perception de paroi froide sur le mur de refend
  • Mauvaise qualité de l’air intérieur du fait de l’apparition de champignon

Comment remédier à ces problèmes d’isolation ?

Il est important de travailler sur la liaison entre le mur de refend et les murs extérieurs, ainsi que sur les matériaux qui recouvriront cette zone. Voici quelques conseils pour renforcer l’isolation intérieure :

  • Mettre un retour d’isolant sur le mur de refend d’une longueur minimale d’1m à partir du point de jonction (voir schéma).
  • La résistance thermique de ce retour doit être similaire à celle du mur extérieur afin de limiter la différence de température et empêcher la formation de condensation.
  • Utiliser les bons isolants : certains matériaux garantissent indirectement une meilleure isolation que d’autres. Les matériaux biosourcés (laine de bois, chanvre, etc.) par exemple régule bien l’humidité ou permette à cette dernière d’être évacuée vers l’intérieur de la maison.
  • Privilégier des enduits et peintures respirants. Même atténué, le pont thermique existe toujours, il est donc essentiel de tout mettre en oeuvre pour laisser s’échapper une éventuelle formation d’humidité.

A noter que le recours à une ventilation mécanique améliorera probablement la situation. Néanmoins, le problème principal n’étant pas traité, le désordre continuera d’exister et demandera à terme un changement d’isolant.

Dimension du retour d'isolant sur le mur de refend
©constructiondurable.org

Traiter l’isolation du mur de refend dans un bâtiment neuf

Dans le cas d’une maison neuve, il est essentiel de porter une attention particulière aux jonctions dès la conception et la construction. Il est d’ailleurs possible d’éviter un retour d’isolant :

  • En utilisant des rupteurs de pont thermique
  • En insérant un isolant entre le bout du mur de refend et la structure extérieure
Source : Sulistef – Wikipedia CC

Aller plus loin :

http://ajena.org/renovact/media/technique_ponts-thermiques.pdf

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :