Bâtiment

Quels sont les matériaux biosourcés utilisés dans le bâtiment ?

Adapté au neuf comme à la rénovation, les matériaux biosourcés sont un atout pour la transition écologique du secteur du bâtiment. Performant, stockant du carbone (sous forme de CO2) durant leur croissance, ils permettent de réduire l’impact environnemental des constructions. Ils sont aussi un allié de poids pour développer des filières locales.

Quelle définition pour les matériaux biosourcés ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le terme matériau biosourcé a une définition précise. En effet, l’arrêt du 19 novembre 2012 relatif au contenu et conditions d’attribution du label « bâtiment biosourcé » définit la matière biosourcée comme « une matière issue de la biomasse végétale ou animale pouvant être utilisée comme matière première dans des produits de construction et de décoration, de mobilier fixe et comme matériau de construction dans un bâtiment. ». Cet arrêt définit également le terme de biomasse, en tant que « matière d’origine biologique, à l’exception des matières de formation géologique ou fossile ». Les matériaux biosourcés sont ainsi très liés au secteur du bâtiment (construction comme rénovation).

En clair, les matériaux biosourcés sont issus du vivant. Ils peuvent être d’origine animale (laine de mouton) comme végétale (chanvre, lin, laine de bois, etc.). L’appellation matériaux biosourcés comprend également des produits issus du textile, s’ils sont végétaux.

Quels usages dans les bâtiments ?

Les matériaux biosourcés utilisés dans la construction ou la rénovation de bâtiments sont plutôt d’origine végétale, comme le bois, le liège, la paille ou encore chanvre. Voici quelques exemples de l’usage qu’il est possible d’en faire dans la construction ou rénovation de bâtiment :

  • structure : on trouve, entre autres, de nombreux exemples de bâtiments à ossature bois, complétée par des bottes de paille ou du béton de chanvre.
  • isolation : des matériaux biosourcés comme la paille, la laine de mouton, la laine de bois, le chanvre, ou encore le coton recyclé sont souvent utilisés comme isolants.
  • enduits, mortiers et bétons végétaux : il existe de nombreux enduits, mortiers et bétons végétaux. Ces derniers sont souvent constitués de fibre de chanvre, qui absorbent bien l’humidité. Le béton végétal, par exemple, peut se trouver sous forme de brique, de pâte ou d’enduit, ce qui en fait un matériau multi-fonction (structure, isolation).
  • Autres : des matériaux biosourcés peuvent également être employés dans des revêtements, des peintures, des cloisons, etc.

Il existe donc une multitude de façon d’utiliser les matériaux biosourcés dans des projets de construction ou de rénovation.

Voir notre Top10 des bâtiments et maisons en paille

Des matériaux biosourcés qui participent à la transition écologique du bâtiment

Il faut savoir que le secteur du bâtiment est un gros émetteur de carbone. En France, il représente même 25 % des émissions nationales de CO2. Cela provient notamment des travaux de construction, de déconstruction, de la circulation de camions sur les chantiers, de l’énergie consommée pour produire des matériaux. Mais cela s’explique également par les déperditions d’énergie dans les bâtiments obsolètes. Les matériaux biosourcés contribuent à faire des bâtiments bas carbone, avec de bonnes performances thermiques et énergétiques. Ils participent ainsi fortement à la transition écologique du bâtiment.

Un support de construction et de rénovation bas carbone

Utiliser des matériaux biosourcés dans les bâtiments permet de réduire leur impact carbone et de favoriser l’économie circulaire. Bon nombre de matériaux biosourcés utilisés dans la construction ou la rénovation sont des déchets végétaux d’origine agricole (résidu de paille, de chanvre, de bois…). Les employer permet de construire avec ce qui existe déjà, au lieu de produire des matériaux supplémentaires. Ce qui diminue les émissions liées à la production de matériaux. De plus, il est possible de s’approvisionner localement en matériaux biosourcés. Cela limite fortement le transport jusqu’au lieu du chantier.

De bonnes performances énergétiques et thermiques

Les matériaux biosourcés présentent des caractéristiques énergétiques et thermiques intéressantes. Ils conservent bien la chaleur, ils absorbent l’humidité, ils laissent respirer l’enveloppe des bâtiments. Ce sont de très bons isolants. Les utiliser permet ainsi de réduire les pertes d’énergie, et donc de baisser sa consommation et sa facture énergétique.

Des matériaux à portée de main : les filières locales

Utiliser les matériaux biosourcés aide à faire fonctionner l’économie locale. En effet, il existe déjà de nombreuses filières sur les territoires. Solliciter ces filières permet de créer de la richesse localement, et de favoriser leur développement sur les marchés.

En France, il existe notamment une forte production de paille, qui s’explique par la dominante agricole du pays. D’après une étude de menée par les Amis de la Terre et le Laboratoire de Recherche en Architecture de Toulouse, si on utilisait 5 % de la paille retournant au sol, il serait possible d’isoler 500 000 logements par an. Il existe également une culture de chanvre assez poussée dans le pays. La France produit entre 8 000 et 10 000 hectares de chanvre par an, ce qui en fait le premier producteur européen.

N’hésitez donc pas à vous renseigner sur les filières présentes près de chez vous pour vos projets de construction ou de rénovation.

Pour aller plus loin :

– Dossier Construction21 « matériaux et construction biosourcés : ambitions et réalités »

– Guide « les matériaux biosourcés dans le bâtiment », par Bâtir pour la Planète et la Fédération Française du Bâtiment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :