Bâtiment

Top 10 des bâtiments et maisons en paille

Vous rêvez d’un monde de bâtiments et de maisons en paille ? Il n’est peut-être pas si utopique ! Du centre d’incendie, à l’usine en passant par la crèche et la maison individuelle, découvrez la variété de possibles avec ce top 10. De fait, la paille est un matériau de construction de premier choix en neuf comme en rénovation. Elle offre un bon confort thermique (conductivité de 0,052 W/m.K, doublée d’une bonne gestion de l’humidité) et une qualité d’air intérieur exceptionnelle. Première puissance agricole européenne, la France possède en plus de quoi construire en utilisant seulement de la paille vouée à être brulée comme un déchet.

1. La Paille’House : du hangar à la maison, une rénovation en paille novatrice

Paille/House un hangar devient maison

Rénover et transformer un hangar agricole en maison en paille confortable, tel est le projet de la Paille’House. Difficile de faire plus bas carbone, comme diraient les spécialistes. Non seulement elle est construite dans un bâtiment existant mais en plus, la plupart de ses matériaux biosourcés proviennent de la région. Un moyen de supporter les filières locales, puisque dans le cas présent, les 2500 bottes de paille utilisées par la Paille’House ont été fournies par un agriculteur situé à 3 km du chantier.

Les murs sont en ossature bois avec une isolation en ballots de paille. Le chauffage est confié à un poêle, appuyé par de larges ouvertures côté sud pour favoriser la chaleur naturelle. L’ensemble des eaux de pluie sont récupérées pour limiter la consommation en eau. Pour ne rien gâcher à ce superbe projet, le coût de construction ne dépasse pas les 120 000 €, alors que la superficie de la maison atteint presque 180 m2. Ce bâtiment a obtenu le prix « habitats individuels neufs », du palmarès des bâtiments biosourcés organisé par Envirobat Centre.

Retrouver toutes les informations sur cette maison innovante qui associe paille et ossature bois.

 

2. L’usine AEREM : un bâtiment industriel en paille

Usine à énergie positive AEREM

Construire en paille, c’est également possible dans le monde de l’industrie. Et ce, même pour une usine dans laquelle le personnel soude et cause un grand nombre d’étincelles. De fait, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les murs en paille peuvent supporter de lourdes charges et, surtout, sont très difficilement inflammables. La compression de la paille dans les bottes laisse en effet peu d’espace à l’air et cela empêche le feu de se propager.

Côté technique, les murs extérieurs sont faits de caissons de bois, remplis par des bottes de pailles. Afin de gagner en temps de montage, l’ensemble des murs et cloisons ont été préfabriquées localement. Ce choix permet par ailleurs d’obtenir une meilleure étanchéité à l’air dans tout le bâtiment. Dernière précision, cette usine est à énergie positive. Un véritable défi quand on connait la consommation des machines industrielles ! Elle a remporté de nombreux prix, dont le prix Bas Carbone des Green Solutions Awards 2019.

Plus d’information sur l’utilisation de la paille dans cette usine innovante.

3. La résidence pour seniors Myosotis

Résidence des Myosotis

Avez-vous déjà essayé de porter un petit ballot de paille ? C’est lourd, car le matériau est très dense ! Cette densité est justement ce qui empêche un isolant de se réchauffer trop vite en été. C’est exactement le but des concepteurs de cette résidence pour seniors. Grâce à son ossature bois et son isolation en paille, les occupants de ce bâtiment collectif ne craignent pas les canicules. Il est par ailleurs construit en zone inondable; étonnant pour la paille dont l’un des défauts est de craindre une exposition prolongée à un environnement humide! Néanmoins, cela démontre que bien mise en œuvre, la paille peut correspondre à tout type de constructions. Elle est, en l’occurrence, présente en R+1 et R+2 sur une dalle béton posée sur des pilotis. C’est aussi la solution matériau retenue pour la toiture, sous forme de caissons préfabriqués.

Au-delà de l’aspect technique, ce petit immeuble est situé en plein centre-ville et offre 12 logements sociaux. Les performances de la paille permettent aussi de réduire les factures d’énergie. Une preuve supplémentaire de la versalité de ce matériau, qui s’adapte à tous les environnements, et ce sans limiter la liberté architecturale. Elle offre enfin une qualité d’air intérieur excellente, du fait de la faible émission de composés organiques volatiles (COV). Ce projet a obtenu le prix « programmes habitats et bailleurs », du palmarès des bâtiments biosourcés organisé par Envirobat Centre

Retrouvez toutes les informations sur cette résidence qui utilise la paille pour répondre aux besoins des seniors.

4. 13 logements sociaux en bois et paille

13 logements sociaux en paille

L’intérêt de ce projet ambitieux vient peut-être d’un paradoxe : on peut tout à fait oublier qu’il s’agit de bâtiments en paille ! Il s’agit en effet d’un projet de construction de logements sociaux s’inscrivant dans la réhabilitation qu’un quartier entier. L’objectif double est de redonner de la vie à cet espace, tout en proposant des logements accessibles à tous, dans une optique de mixité sociale. Le porteur du projet a donc pris le parti de jouer sur les performances thermiques des bâtiments. En effet, réduire les besoins énergétiques d’un logement, c’est réduire les coûts de chauffage des locataires.

La paille s’est donc imposée comme une solution naturelle pour l’isolation. Les murs des 13 logements ont été construits en ossature bois et remplis par des bottes de paille. 70 % de son enveloppe a été préfabriquée en atelier. Sur site, le faible poids des panneaux permet de recourir à des engins de levage léger.

Pour en savoir plus sur l’avantage de l’utilisation de la paille et du bois dans les logements sociaux.

5. École maternelle des Boutours

Ecole Maternelle des Boutours

Attention, voici l’une des stars de la construction paille : l’école maternelle des Boutours. Il s’agit tout d’abord d’un des seuls bâtiments accueillant du public à posséder une telle structure à paille porteuse en France. Un choix qui a demandé à l’équipe de construction d’inventer son propre procédé de construction et de mener des tests en amont du projet afin de valider ses choix. C’est ensuite un bâtiment à ventilation naturelle. Pas de système mécanique donc, juste une étude approfondie des flux et des cheminées sur le toit chargées d’évacuer l’air et de créer des dépressions permettant sa circulation sans refroidir le bâtiment.

La démarche qui a conduit à ce projet est également très particulière. Les 9 salles de classe ont été réalisées à partir du recyclage de matériaux et de l’extension d’une halle de marché datant des années 2000. Le processus de conception a été participatif, citoyen et pédagogique. Les écoliers et habitants ont été mobilisés tout au long du projet, et des formations notamment sur la construction en paille ont été dispensées. Ce projet prouve qu’il est tout à fait possible de faire appel aux filières locales, même en Île-de-France, afin de construire des bâtiments durables.

Pour approfondir le cas exemplaire de la maternelle des Boutours.

6. Un centre incendie… En paille !

Centre incendie de Colombey les Belles

Cela peut sembler surprenant aux premiers abords, mais c’est bien la paille qui a été choisie comme matériau principal de l’isolation du nouveau centre incendie et de secours de Colombey-les-Belles. Les bâtiments, livrés en 2017, ont été conçus à partir de principes écologiques et bioclimatiques. Ils sont passifs et à énergie positive. L’architecture du centre, ainsi que les matériaux employés pour sa réalisation, dont la paille, en font un ensemble unique, d’une grande originalité.

Les matériaux biosourcés composent la plus grande partie des bâtiments, avec une structure bois mélèze, une isolation en paille ou en laine de bois et des murs en ossature bois. L’isolation extérieure des façades a été réalisée avec des bottes de pailles, placées dans les caissons bois de l’ossature. La laine de bois complète ensuite l’isolation. L’ensemble a été lauréat du prix Envirobat Grand Est 2018. C’est notamment cette isolation de qualité qui permet au centre d’avoir d’aussi bonnes performances énergétiques.

En savoir plus sur l’utilité de la paille dans un centre incendie.

7. La Médiathèque de Courtenay

Médiathèque de Courtenay

La paille est également le matériau roi de la nouvelle médiathèque de Courtenay. Ce centre a un rôle social et culturel fort dans le territoire. La médiathèque a affirmé sa volonté de faire le lien entre la culture artistique et la culture agricole à travers l’utilisation de la paille dans ses bâtiments. Cela permet de revaloriser l’identité du territoire, et de sensibiliser les citoyens aux thématiques agricoles. La médiathèque a suivi la démarche HQE, option label bâtiment biosourcé. La paille utilisée est locale : elle provient de la région Centre.

Les murs du centre culture sont composés d’une ossature bois préfabriquée, avec des ballots de paille pour une meilleure isolation. Des caissons de bois remplis de paille ont également été utilisés pour la toiture. Cela permet de réduire fortement les besoins en chauffage du bâtiment comparé à une construction standard. La collectivité réalise ainsi des économies, qu’elle peut réinvestir autrement sur son territoire. Le bâtiment dispose également d’un bon confort interne pour les visiteurs.

Retrouvez la fiche détaillée de la médiathèque et des économies réalisées grâce à la construction paille/bois.

8. LowCal, le tertiaire à la sauce agricole

LowCal, siège d'Enertech

Vous rêvez de travailler dans un petit immeuble écologique à tout point de vue ? Le bureau d’étude Enertech l’a réalisé pour ses bureaux! Le bâtiment s’appelle Lowcal comme… local et peu de calories. Un clin d’œil aux maîtres mots qui ont guidé sa construction. Le résultat : peu de nécessité de chauffage (4 convecteurs électriques mobiles de 4 kW pour 600m² !) grâce à une inertie thermique des murs importante et le recours à la terre crue plutôt que le béton. Pour les spécialistes, nous sommes en présence du premier bâtiment tertiaire de niveau E4C2.

Un autre parti pris de ce bâtiment est sa conception frugale. Entendez par là qu’il a été fait un usage raisonné de la technologie. Seule une ventilation double flux a été mise en place, alors que l’on trouve souvent dans ce type de bâtiment des pompes, des climatiseurs, etc. L’ensemble est ainsi robuste et demande peu de maintenance.

Plus d’informations sur les bureaux LowCal et la démarche lowtech qui l’a inspiré.

9. Une crèche en bottes de paille

Crèche de Muel

Le chantier de cette crèche a été un véritable laboratoire : 90% du bâtiment est composé de matériaux biosourcés. Le chantier a, quant à lui, été participatif, donnant la possibilité aux citoyens de s’impliquer et d’apprendre des techniques de construction. L’ambition des maîtres d’ouvrage était de faire de ce projet un exemple pour les habitants afin de favoriser la construction durable à l’échelle locale.

Côté choix constructifs cette crèche associe la paille au bois et à l’argile, alors que la toiture et les pièces techniques sont isolées en ouate de cellulose. La température est ainsi constante en toute saison avec un apport minime de chauffage ou de ventilation. Le choix d’appliquer un enduit chaux/sable et terre/paille sur les murs a amené des choix originaux. Les contreventements sont ainsi en planches de pin Douglas assemblés en croix de Saint-André et non sous forme de cloison.

En apprendre plus sur ce bâtiment original à tous points de vue.

10. Les Blés en Herbe, un internat lycéen écologique

Internat du lycée Xavier Bernard

L’internat du lycée Xavier Bernard, à Rouillé, mérite bien son statut d’internat de lycée agricole : il est quasiment entièrement construit en matériaux biosourcés, dont des ballots de paille. Le bâtiment a été pensé dans son environnement : les fenêtres sont orientées autant que possible vers le champ de blé qui borde le terrain. Des ateliers de découverte des différentes techniques de construction ont été proposés aux lycéens, pour qu’ils puissent se familiariser avec le projet. Le bâtiment est modulable, grâce aux éléments préfabriqués qui le composent.

Le grand point fort de l’internat est sa performance thermique. Les matériaux principaux qui le composent sont la paille, la terre crue, le bois et le chanvre. Cela permet de s’appuyer sur des filières agricoles locales et régionales. Les murs sont en ossature bois, remplissage en bottes de paille pour l’isolation. La paille offre un grand confort thermique à l’ensemble : elle régule la chaleur solaire et l’humidité dans l’air intérieur. De plus, comme le bois, elle stocke du carbone. Cela participe de la réduction de l’empreinte carbone du projet, qui est d’ailleurs négatif. Cet internat est un véritable modèle pour la démarche E+C-.

Pour en savoir plus sur Les Blés en Herbe et ses performances thermiques optimisée par le bois et la paille.

Vous connaissez un bâtiment en paille, n’hésitez pas à nous le dire en commentaire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :